• Chair de ma chair

    d'après Pourquoi l'enfant cuisait dans la polenta d' Aglaja Veteranyi
    adaptation, mise en scène Ilka Schönbein / Theater Meschugge


    avec lka Schönbein, Nathalie Pagnac
    et
    Bénédicte Holvoote
     

     
    J'ai l'habitude de m'installer partout de manière à me sentir bien.
    Pour cela, je n'ai qu'à poser mon foulard bleu sur une chaise.
    C'est la mer.
    À côté de mon lit, j'ai toujours la mer.
    Je n'ai qu'à descendre du lit pour nager.
    Dans ma mer à moi, pas besoin de savoir nager pour pouvoir nager.
    La nuit, je recouvre la mer avec la robe de chambre à fleurs de ma mère, pour que les requins ne me happent pas quand je vais aux toilettes
    .
    Aglaja Veteranyi



    La grande marionnettiste allemande Ilka Schönbein est à nouveau l'invitée du Théâtre de la Commune, et cette saison avec deux nouvelles mises en scène, l'une pour enfants, l'autre pour adultes, un cycle qu'elle a intitulé « Mamans fatales ».


    Le 1 er volet de « Mamans fatales », Chair de ma chair , s'inspire d'un récit mémoire d'Aglaja Veteranyi, cadette d'une famille d'artistes de cirque qui a fui la dictature roumaine pour sillonner l'Europe. Dans cet entêtant monologue, qui se penche tour à tour sur les rapports mère/enfant, la douleur de la perte, la solitude, le nomadisme, le déracinement, la narratrice tente de conjurer ses peurs d'enfant puis d'adolescente : peur que l'extravagant numéro de sa mère ne finisse mal, peur d'ouvrir la porte de la caravane et que « chez nous »s'évapore dans des pays qui sont tous à l'étranger, peur de la solitude dans un pensionnat, peur de la folie qui a déjà pris sa demi-sœur parce que le père l'aime comme une femme. Une évocation de l'enfance qui s'en va – vers des lendemains plus sombres – drôle, naïve, mélancolique, parfois tragique dans sa légèreté même, traversée çà et là par des éclairs poétiques et des éclats de rire où subsiste par-dessus tout le désir de vivre.

    Comme deux soeurs qui décident de mettre en commun leur qualité d'émotion, Aglaja Veteranyi et Ilka Schönbein puisent toutes deux dans la mémoire, leur poésie et dans le dialogue avec l'enfant qu'elles furent, la quintessence des sentiments. À la magie des mots de l'une, se greffe la puissance poétique des images de l'autre.
     



    Repères
    Ilka Schönbein et le Théâtre de la Commune,
    compagnonnage :
    Ilka Schönbein, qui a fait ses débuts dans la rue, est une artiste sans attaches, qui vit et crée librement, au gré de la danse, du mime et de la marionnette. Depuis 1999, elle revient régulièrement, sur invitation du Théâtre de la Commune, poser sa caravane à Aubervilliers, et présenter à un public toujours plus nombreux des spectacles qui laissent traces : Métamorphoses
    , Le Roi grenouille I , Voyage d'hiver ou Le Roi grenouille III . On ne se lasse pas de l'univers saisissant de cette fée comédienne.
     
    Le spectacle est créé le 12 octobre 2006 au Grand Parquet à Paris (avant-première le 24 septembre 2006 au Festival de la Marionnette à Charleville-Mézières).
    Pourquoi l'enfant cuisait dans la polenta
    est publié aux Éditions d'En Bas/ L'Esprit des Péninsules, 2004.





  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :